1) Journées de la SF2A | 7-11 juin 2021 | Virtuel

Les inscriptions aux Journées de la SF2A sont maintenant ouvertes, via le site CarbonFreeConf. Pour participer à  ces journées, il faudra être à jour de vos cotisations, l’inscription étant gratuite pour les doctorants.

Le site des journées se trouve ici:  https://www.carbonfreeconf.com/website/134/home

Toutes les infos pour s’inscrire sont ici: http://sf2a.eu/spip/IMG/pdf_Petit_guide_de_participation_aux_journees_SF2A_2021.pdf

Quelques ateliers d'intérêt spécifique pour la communauté PNP:
Atelier Général du PNP : Le Programme National de Planétologie organise un atelier "blanc" couvrant toutes les thématiques Astronomie et Astrophysique couvertes par le PNP. Ces thématiques comprennent :
L'observation et la modélisation de la formation des systèmes planétaires;
L'étude des propriétés des divers objets qui les constituent, exoplanètes, planètes et petits corps;
La compréhension du comportement et de l'évolution des objets individuellement, et des systèmes planétaires dans leur ensemble.

Pour chacun de ces aspects, des présentations d'études théoriques, observationnelles ou de simulations numériques sont les bienvenues pour présenter à l'ensemble de la communauté française la diversité des travaux réalisés dans tous les thèmes de la planétologie, quelque soit leur approche méthodologique.
Demain l’ELT ! Quelle science dans quel contexte dans les années 2030: Cet atelier multi-PN et pluriannuel propose de préparer la communauté astronomique à l'arrivée de l'Extremely Large Telescope (ELT), qui sera le plus grand télescope optique au monde et dont la première lumière est attendue pour fin 2025. Nous souhaitons en 2021 traiter particulièrement de l’ELT dans le paysage observationnel global à l’horizon 2027-2030.
Joint workshop SFE-PNP: Extraterrestrial materials, samples return missions and implications for Exobiology : In the context of the exogenous delivery of volatiles (water and organic matter) on telluric planets, missions of sample return, essentially from asteroids, as well as the study of meteoritic matter, are considered as of prime importance to assess the possible role of such materials on the emergence of prebiotic chemistry on telluric planets. This joint workshop SFE-PNP will focus on the nature, possible origin and evolution of the organic matter within small bodies of the Solar System. With the recent successes of Hayabusa 1 and 2 and the on-going mission OSIRIS-REx, this decade is opening a new era in analyzing in unprecedented detail in the laboratory reasonably large amounts of primitive materials collected in-situ.   
Cinquième réunion des utilisateurs des télescopes français (TBL/OHP193): Bienvenue à la réunion biennale des utilisateurs des télescopes français (TBL/OHP193). Elle vise à faire se rencontrer leurs utilisateurs, et à présenter les évolutions des télescopes et de leurs instruments ainsi que les résultats scientifiques qui y ont récemment été obtenus
Atelier Général de l'AS SKA : SKA, son éclaireur français NenuFAR, et ses précurseurs: SKA permettra des avancées décisives en physique et astrophysique. Cet atelier vise à faire une revue des activités scientifiques et techniques autour de ce projet, que ce soit la science avec SKA, la mise en service récente de son éclaireur français NenuFAR, les activités concernant les précurseurs internationaux comme MeerKAT ou ASKAP, ou les travaux menés autour de la radioastronomie en général
Détecter et caractériser des exoplanètes en présence d’activité stellaire:  De nombreuses missions spatiales (PLATO, JWST, ARIEL) et au sol (ESPRESSO, SPIROU) ont pour objectif de découvrir et caractériser des planètes semblables à la Terre. La réussite de cet objectif dépend de notre compréhension des phénomènes d’activité stellaire. Cet atelier propose de réunir la communauté stellaire et d'exoplanétologie afin de discuter de cette problématique, défi de cette décennie.
Relevés photométriques grand champ II: Suite au succès de l'atelier tenu lors de la SF2A 2018 et de l’avancée rapide du sujet, ce second atelier rassemblera de nouveau la communauté française impliquée sur les grands relevés photométriques grand champ optique et proche infrarouge présents (Gaia, DES, DECaLS, HSC, UNIONS-CFIS, etc.) et futurs (Euclid, Rubin-LSST, etc.) pour dresser un bilan de la science et des méthodes.


2) ARES: Ariel Retrieval of Exoplanets School - Exoplanetary Atmospheres: From 1D to 3D Models | Biarritz | 2-11 octobre 2021
Après le succès de l’école ARES en 2019, la deuxième école Ariel de Biarritz se tiendra du 2 au 11 octobre 2021. Elle accueillera une vingtaine de doctorants ou postdoctorants et comprendra des cours généraux sur le sujet de la modélisation des exoplanètes et des sessions pratiques pour se former aux simulations numériques dans le domaine.

Détails et inscription décrits sur le site http://www.iap.fr/useriap/beaulieu/ARIEL/ARIEL-School2021-index.html

After the success of the first ARES school in September 2019, the second Ariel school of Biarritz will be held in Biarritz from 2 to 11 October 2021. The school is open to PhD students and post-doctoral researchers, with a total headcount of 20 participants. Teaching will be presented by researchers and professors of the field, with training sessions supported by young research scientists involved in the development of the models.

For details and registration see http://www.iap.fr/useriap/beaulieu/ARIEL/ARIEL-School2021-index.html

3) Appel à volontaires pour l'OPC de l’ESO - 2021
Si vous souhaitez vous porter volontaire pour être membre de l'OPC (pour servir dans le comité des programmes de l’ESO pour la période P109-110), svp rendez-vous avant le vendredi 1er avril au sondage suivant (pour fournir les informations nécessaires) :

https://questionnaires.obspm.fr/index.php/556576?lang=fr

Vous serez alors mis dans une base de données et c'est l'ESO qui au final vous contactera au besoin. Notez que si vous avez été membre de l'OPC pendant les 5 dernières années, vous n'êtes pas éligibles.

Merci beaucoup à celles et ceux d'entre vous qui se sont déjà porté(e)s volontaires et/ou qui ont déjà participé !

Transmis par Philippe Salomé ( Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) pour le User Committee de l’ESO.

4) Appel d'offres télescopes nationaux 2021B
L’appel d’offre pour les observations sur les télescopes de 2-m, OHP-193 et TBL, pour le semestre 2021B  est sorti : https://programmes.insu.cnrs.fr/actualite/appel-doffres-telescopes-nationaux-2eme-semestre-2021/.

Date limite de réponse : 20 avril 2021, midi (heure de Paris)


5) Offre de thèse Institut de Physique de Rennes | Understanding hot-Jupiter exoplanets: high-sensitivity spectroscopy of non-equilibrium molecules
PhD supervisors: Lucile Rutkowski (CNRS researcher) – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Robert Georges (professor UR1) – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

General context: The group of laboratory astrophysics, whithin the department of molecular physics (https://ipr.univ- rennes1.fr/en/molecular-physics-department), employs 24 tenured staff and 20 PhD students and postdoctoral researchers. We are developping among other high-resolution and high-sensitivity spectrosocpic techniques with the purpose of studying molecules of astrophysical interest in extreme conditions of temperature and pressure. These techniques are based on optical cavities, which enhance the interection length between the laser and the gaseous sample, and on infrared high-resolution laser sources as continuous wave diodes or optical frequency combs. Most of our works use hypersonic flows to reach rotational temperatures lower than 50 K.

PhD project: The discovery of massive exoplanets orbiting close to their star has revive the need for reliable high-temperature spectroscopic data. These exoplanets, so-called hot- Jupiters, are characterized by surface temperatures ranging from 1000 to 2000 K and are at one of the main scientific targets of the James Webb space telescope (NASA, to be launched in 2021) and of the ARIEL mission (ESA, predicted launch in 2028). These two space missions will record spectra originating from the atmospheres of hot-Jupiters across most of the infrared spectral range. Exploiting these spectra is going to require a precise knowledge of the absorption spectrum of the species expected in such environments (e.g. CO, H2O, CH4 and hydrocarbons). However, such data is also challenging to obtain in a laboratory at such temperatures because of the risk of breaking the molecules due to the heat and because the resulting spectra are generally highly congested, which prevents further assignment of the observed absorption lines. Our approach involves heating the molecules in gas phase in a reservoir – where they are at the thermodynamic equilibrium – and then to cool down by expanding the gas in a hypersonic chamber, which will cool down very efficiently the rotational degrees of freedom of the molecules but the vibrational ones. This method allows obtaining a highly simplified absorption spectrum which can later be simulated line by line to assign the molecular levels. Our previous works1 have demonstrated the efficiency of this approach to understand the high-temperature spectrum of methane. The new project will aim at carrying on this study while broadening its scope to larger hydrocarbons. It will also involve the development of new spectrometers to increase the accessible spectral range and the precision of the measurements. One of the experimental tasks will focus on the coupling of a femtosecond laser source, which spectrum is an optical frequency comb2, with a hypersonic flow.

Qualifications: The applicant should have a master degree in physics or equivalent. The project will require a strong experimental involvement (vacuum techniques, infrared optics, lasers, electronics) but also a real drive in the theoretical understanding of the measured data. Qualifications in Matlab, Python and/or Labview programming, in optics and in laser- based absorption spectroscopy will be highly appreciated.

https://theses.doctorat- bretagneloire.fr/3m/


6) Offres de thèse au LPG
a) Dépendance des régimes de dynamo à l'amplitude d'hétérogénéité du flux de chaleur à la limite noyau-manteau
L'hétérogénéité thermique du manteau inférieur peut fortement affecter les propriétés de la dynamique du noyau et la géodynamo. La propriété la plus fondamentale des modèles de dynamo est leur régime, c'est-à-dire si le champ magnétique généré est dominé par le dipôle ou il inverse (Christensen et Aubert, 2006). Cette proposition de thèse vise à établir les ingrédients nécessaires pour chaque régime de dynamo, en tenant compte de l'amplitude de la variabilité latérale du flux de chaleur à la limite noyau-manteau. Un grand ensemble de modèles géodynamo avec un flux de chaleur à la limite externe hétérogène déduit des modèles de tomographie sismique du manteau inférieur sera exécuté et analysé. L'objectif est d'établir la dépendance des régimes de dynamo, en particulier le passage des modèles non inverseurs dominés par le dipôle aux modèles inverseurs multipolaires, sur les paramètres de contrôle de la dynamo, en particulier l'amplitude de l'hétérogénéité du flux de chaleur à la limite noyau-manteau. Le candidat doit avoir une formation fondamentale en géophysique et des compétences informatiques de base. Le mode de recrutement est une allocation ministérielle attribuée par l'université de Nantes. Pour plus d'informations, veuillez contacter Hagay Amit (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).

https://theses.doctorat-bretagneloire.fr/egaal

b) Étude du comportement géochimique des éléments multivalents lors de la genèse et de l’évolution des magmas: implications pour l’état Redox du manteau terrestre

Encadrement : Antoine Bézos (directeur de thèse), MCF LPG Nantes (antoine.bezos@univ- nantes.fr), Vincent Fernandez (co-directeur), IR IMN (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).

Résumé :
L’état Redox du manteau est un des paramètres majeurs qui contrôle l’évolution physico- chimique de la Terre. Cet état Redox est communément relié à l’expression thermodynamique de la fugacité d’oxygène (fO2) est estimé à partir de l’étude des produits de la fusion partielle du manteau. La fO2 du manteau contrôle en effet l’état de valence des éléments sensibles aux conditions redox et par incidence, leurs comportements géochimiques lors de la genèse et de l’évolution des magmas (coefficients de partage, solubilité, volatilité). Ainsi, de nombreux oxybaromètres ont été développés pour déterminer la fO2 des magmas à partir des mesures de valences, de concentrations ou de compositions isotopiques des éléments sensibles aux conditions redox (Fe, V, S, etc.). L'opinion dominante est que les variations de fO2 mesurées dans les laves d’arcs, de points chauds et de dorsales océaniques sont directement héritées de l’état Redox de leurs sources. Cependant, les résultats contradictoires pour certains de ces oxybaromètres tendent à remettre en question le postulat d’équilibre Redox entre les magmas et leur sources, laissant ainsi le rôle principal aux processus de différenciations magmatiques.
Ce travail de thèse a pour objectif de contraindre la géodynamique de l’état Redox du manteau terrestre, en se basant sur une étude multi-outils de la fO2 des magmas couplée à la modélisation des équilibres redox entre les magmas et leurs sources.
Le fer étant le seul élément majeur possédant plusieurs états de valences dans les roches magmatiques, une attention particulière lui sera porté. Il sera développé une méthode novatrice d’analyse de l’état d’oxydation du fer dans les verres et minéraux magmatiques, par spectroscopie de photoélectrons par rayon X (XPS). Conjointement à ce travail, des analyses similaires seront réalisées par chimie humide et spectroscopie XANES – deux méthodes communément utilisées en Sciences de la Terre. Les possibles biais analytiques inhérents à chacune de ces méthodes seront discutés afin d’accorder ces différentes approches analytiques. Les analyses géochimiques des éléments en trace sensibles aux conditions redox (V, S, Cr, Cu, etc.) seront réalisées par ICP-AES, ICP-MS, LA-ICP-MS et, le cas échéant, par MC-ICP-MS pour les analyses isotopiques (Fe, V). Cette approche géochimique « multi-outils » sera dans un premier temps exploitée sur des échantillons de verres magmatiques, puis dans un second temps elle sera adaptée aux échantillons de roches magmatiques afin d’étendre les domaines d’applications de ces outils géochimiques(roches cristallines actuelles et anciennes). Les collections d’échantillons seront choisies dans les principaux contextes géodynamiques afin d’explorer les processus magmatiques dominants. Des résultats préliminaires indiquent par exemple l’importance des processus d’interaction magma-roche dans les zones à faible productivité magmatique. Enfin, il sera développé un modèle de fusion partielle qui tient compte du partage des éléments multivalents entre les phases solides et liquides. Ainsi, les équilibres Redox entre les magmas et leurs sources seront discutés sur la base des données acquises et des modèles établis.
Personne à contacter : Antoine Bézos

https://theses.doctorat-bretagneloire.fr/egaal

7) PhD position in LATMOS, Guyancourt - Étude des composés volatiles dans l'atmosphère de Titan
L'atmosphère de Titan, principal satellite de Saturne, est unique dans le système solaire de par la richesse de la chimie organique s'y développant. Cette chimie, issue de la photolyse de l'azote et du méthane à haute altitude, abouti à la formation d'une grande diversité de molécule organiques dans l'atmosphère. Cette atmosphère est également le siège d'un cycle des hydrocarbures (principalement méthane et éthane) similaire au cycle hydrique sur Terre, modifiant profondément la composition et la dynamique de la basse atmosphère, aboutissant à des précipitations et la formation de lacs d'hydrocarbures à la surface de Titan.
La mission Cassini-Huygens a utilisé un ensemble de techniques pour observer Titan et en améliorer notre compréhension, de la spectroscopie à distance à l'échantillonnage in-situ de la haute atmosphère (Owen, 2005). Mais plus d'une décennie plus tard, les mesures faites par la sonde Huygens lors de sa descente vers Titan restent les seules données disponibles de la basse atmosphère de Titan. Il est donc crucial de maximiser le retour scientifique des instruments pour caractériser l'environnement rencontré par l'atterrisseur. Cela est d'autant plus le cas aujourd'hui puisque la future mission Dragonfly a été sélectionnée par la NASA pour retourner étudier la composition de la surface et basse atmosphère de Titan d'ici quelques années.
Dans les données de la mission Cassini, l'instrument Gas Chromatograph Mass Spectrometer (GCMS), a effectué plusieurs centaines de mesures par spectrométrie de masse en dessous de 150km d'altitude et jusqu'à la surface, dans les couches trop denses pour être mesurées depuis l'orbite. Cependant, ces données n'ont à ce jour jamais fait l'objet d'une ré analyse poussée pour y identifier, et quantifier, tous les composés atmosphériques mineurs visibles dans les spectres pris par GCMS, dont plus de 60% des pics n'ont pas encore été identifiés.

Mission et activités de la thèse de doctorat:

Dans le but de préparer les futures analyses de la mission Dragonfly, cette thèse s'attachera à ré-analyser dans un premier temps les données acquises par GCMS pour identifier et quantifier les espèces traces contribuant aux spectres observés pendant la descente de Huygens. Cela est maintenant rendu possible grâce au développement récent de nouvelles méthodes de traitement du signal pour la spectrométrie de masse développées au LATMOS. Selon l'avancement du projet et les envies du doctorant ou de la doctorante, il est également envisageable de développer un modèle de désorption des composés à la surface de Titan qui, comparé aux résultats de l'instrument GCMS, permettra de remonter à la composition de la sous-surface.

Les profils verticaux obtenus seront ensuite interfacés via des collaborations avec les données obtenues à haute altitude par d'autres instruments de Cassini, afin d'obtenir une vision complète de la colonne atmosphérique des espèces volatiles dans l'atmosphère de Titan. Ces données permettront également de préparer en détails les mesures du futur spectromètre de masse à bord de la mission Dragonfly dont le co-encadrant de cette thèse, Pr. Cyril Szopa, est un des Co-Investigateurs.

https://emploi.cnrs.fr/Offres/Doctorant/UMR8190-THOGAU-001/Default.aspx


8) Thèse, HDR, Séminaires, Cours en ligne

a) Soutenance de HDR de Sébastien Besse (ESA) | Spectral and morphological properties of airless planetary surfaces as tracer of their evolution | 30 mars 2021 - 15h

https://us02web.zoom.us/j/81160013500?pwd=d0dFNzV5a1hrM2UvNVRtanpjK3hXQT09
Les surfaces planétaires des lunes, des astéroïdes, des comètes et des planètes sont
extrêmement différentes et reflètent leurs différentes étapes de formation et d’évolution.
Les compositions chimiques, les formations géologiques et les propriétés physiques des
surfaces planétaires sont des atouts remarquables et disponibles pour reconstruire l’histoire
de ces objets. Mes recherches portent sur la compréhension des différentes propriétés de
ces surfaces afin de dessiner une vue plus avancée et plus complète du Système Solaire,
avec l’objectif d’isoler éventuellement les aspects les plus primitifs pour mieux comprendre
la formation des surfaces planétaires. Les processus tels que les impacts et le volcanisme
sont fondamentaux à tous ces objets et leurs comparaisons directes aident à interpréter la
spécificité de chaque objet. De même que l’analyse des formations géologiques sur les petits
corps, je compare les processus volcaniques sur la Lune et Mercure pour mieux décrire les
ressemblances et / ou différences sur la formation et l’évolution des surfaces planétaires. Pour
réaliser ces comparaisons, j’analyse minutieusement les observations du visible au proche
infrarouge renvoyées par les instruments de télédétection et j’en extrais les singularités.


Planetary surfaces ranging from moons, asteroids, comets and planets are extremely
different and reflect various steps of the object’s formation and evolution. Chemical
compositions, geological landforms and physical properties of planetary surfaces are remarkable
assets available to reconstruct the history of these objects. My research focuses on understanding
the various properties of those surfaces in order to draw a more advanced and comprehensive
view of the Solar System, with the objective of possibly isolating the most primitive aspects
to shed light on the formation of planetary surfaces. Processes such as impacts and volcanism
are fundamental for all those objects, and their direct comparisons help to interpret the
specificity of each object. Similarly to analysing morphological landforms on small bodies, I
compare volcanic processes on the Moon and Mercury to better describe the resemblances
and/or differences on the formation and evolution of planetary surfaces. To achieve those
comparisons, I meticulously analyse the visible to near-infrared observations returned by
remote sensing instruments, and extract peculiarities.