Compte rendu du Conseil Scientifique du Programme National de Planétologie

29 et 30 Novembre 2016

 

Présents : J.C. Augereau, J. Badro, J.A. Barrat, G. Berger, N. Biver, J. Blichert-Toft,  I. Boisse, M. Boyet, A. Cassan, S. Chevrot, G. Choblet, C. Cordier, S. Derenne, T. Fouchet, J. Gattacceca,  S. Lalonde, L. Lamy, M. LeBars,  Y. Marrocchi,  A. Morbidelli,  J.M. Petit, S. Raymond,  M. Roskosz, F. Schmidt, G. Tobie, V. Vuitton

Absents: N. Coltice, D. Ionov, M. Dobrijevic

Mardi 29/11 10h00-12h00

Après le tour de table pour vérifier les présences, le directeur A. Morbidelli souhaite la bienvenue à Véronique Vuitton, nouveau membre du CS en remplacement  de N. Carrasco. Il donne aussi quelques nouvelles du PNP, notamment : (1) 2017 sera la dernière année d’exercice pour le CS actuel, ce qui implique la fin du mandat du Directeur et des membres ayant déjà exercé dans le CS pour 8 ans, le renouvellement de ces postes avec des nouvelles nominations pour la rentrée 2018, la rédaction d’un nouveau document de bilan et prospective avant l’été 2018 et l’organisation d’un colloque national en septembre 2018 ; (ii) S. Raymond a remplacé A. Cassan comme représentant PNP dans le TAC2m, J.M. Petit restant l’autre représentant ; (iii) le site web du PNP a été complètement renouvelé par Y. Marrocchi – les membres du CS et la communauté en général sont invités à lui envoyer des commentaires, informations et liens pour rendre le site vivant et attractif ; (iv) une école est organisée avec le PCMI aux Houches la deuxième semaine de Février sur le sujet de l’interaction du milieu interstellaire avec le disque protoplanétaire.

F. Rocard, responsable du programme Système Solaire du CNES, en téléconférence fait le point sur la situation du spatial national. Le CNES passe actuellement en revue les propositions M5 à forte participation française. Le budget du CNES est fortement affecté par les dépassements des coûts des missions SVOM (sursauts gamma avec la Chine) et Insight (séismologie de Mars, avec la NASA). Dans ce contexte, le financement de l’instrument Majis sur JUICE (40Meu) n’a pas été possible et le CNES a dû demander à l’ESA de faire l’avance de la somme nécessaire. De plus, Majis risque de ne pas être prêt pour le lancement, ce qui limiterait significativement l’impact scientifique de la mission. L’échec de l’atterrissage de Schiapparelli ne compromet pas forcement la mission Exomars 2020. Cependant, des problèmes ont surgit concernant les rétrofusées de l’atterrisseur délivrant le rover Pasteur, dont l’intégration est transferée de la Russie à Thales Cannes. BepiColombo passe d’un retard à l’autre, avec un nouveau problème de court-circuit survenu récemment.  Il sera reporté à l’automne 2018 au moins. L’atterrisseur Mascot sur Hayabusa-II a des problèmes de charge électrique de sa pile, et il ne sera peut-être pas capable de rebondir sur la surface de l’astéroïde pour visiter plusieurs sites. En dépit de toutes ces difficultés, F. Rocard évoque aussi des contributions du CNES à venir sur le projet MMX de la JAXA pour le retour d'échantillons de Phobos et aussi dans AIM, au travers de nanosats, radar et atterrisseur mascot, si cette mission est approuvée à la réunion ministérielle de l’ESA. F. Rocard annonce également un soutien au PNP à la hauteur de 160Keu, 10Keu de plus que en 2015. 

M. Viso, responsables du programme exobiologie du CNES, est le nouvel interlocuteur du PNP sur la thématique exoplanètes, à la place d’O. Lamarle.  Il n’a pas pu intervenir au CS du PNP à cause de la revue M5, mais il envoie un message d’intérêt et de sympathie au programme. Il augmente la contribution « exoplanètes » du CNES à 25Keu et il espère l’incrémenter à 30Keu l’année prochaine, au titre du volet « terre primitive » (thème 5) du PNP, d’intérêt exobiologique.

F. Leblanc intervient comme représentant du DAS de l’INSU pour l’astronomie et l’astrophysique. Le DAS a changé en 2016 : D. Mourard a quitté ses fonctions, G. Perrin le remplacera en 2017. La direction intérimaire est assurée par M. Giard, qui espère renouveler le soutien au PNP à la hauteur de 100Keu.

E. Humler, DAS de l’INSU-TS, annonce un financement de 165Keuros, comme en 2015, grâce à un apport de 30Keu du programme « observation de la Terre » du CNES.

Le budget global du programme est donc de 450 Keuros, en hausse de 12,5Keuros par rapport à 2015, auquel s’ajoutent 10,5 euros dédiés au support des demandes sur l’exploitation des données Gaia ou la préparation au JWST. De plus, le volume total de demandes a diminué cette année d’environ 5%.  Le facteur moyen de pression est donc 2,14, toujours légèrement différent entre les parties AA et TS du programme (1,9 et 2,4 respectivement). Le CS décide d’annuler cet écart en finançant quelques projets supplémentaires du thème 2a avec des fonds provenant de l’INSU-AA.  Cette décision prise, le budget disponible est réparti entre les thèmes, selon les montants demandés.

Concernant l’organisation du meeting annuel de la SF2A (en 2017 à Paris du 4 au 7 juillet), après rappel des éditions précédentes et débat, le CS décide de proposer un atelier sur Mars, et demande à Berger, Fouchet et Schmidt d’écrire la proposition et de l’organiser (si retenu). Pour la conférence plénière, le nom de F. Forget est mis en avant pour parler notamment de ses nouveaux résultats sur la circulation atmosphérique et la condensation des glaces sur Pluton.

Mardi 28/12 : 14h00-19h00

Réunions des comités de thème pour l’évaluation des demandes de financements.

Mercredi 29/12 : 9h00-13h00

Réunions des comités de thème pour l’évaluation des demandes de financements.

 

 

Mercredi 29/12 : 14h00-15h30

Les responsables des thèmes font un bref rapport sur les décisions prises lors de l’évaluation des demandes scientifiques. Les budgets des thèmes 1, 2 et 4 sont réajustés selon les besoins. Une constatation commune est que le facteur de pression proche de 2 a permis enfin un travail d’évaluation serein, au bout duquel chaque demande retenue a pu être financée (presque) au niveaux de ses besoins réels.

Le nouveau formulaire simplifié adopté par l’INSU-AA et TS pour le PNP a été apprécié. Le CS discute si, face à une certaine inhomogénéité des demandes concernant les frais de publications et les coûts des différents colloques, il faudrait spécifier dans l’AO des règles et des barèmes pour ces financements. Après débat,  le CS décide de laisser aux proposants une certaine liberté mais de veiller, comme d’habitude, à ce que les frais des missions ne soient pas surestimés et les couts des publications justifiés. En revanche, il est réaffirmé que  les gratifications de stages ne sont pas éligibles aux programmes, comme spécifié dans l’AO.

Ensuite le CS passe à l’analyse d’un nombre de dossiers concernant la CSAA.

Le projet de V. Robert, une demande de financement à la CSAA pour la stabilisation en température de la salle qui accueillera la machine de numérisation des plaques photographiques à l’Observatoire de Paris, est jugé pertinent et intéressant du point de vue scientifique. Les experts des laboratoires, cependant, soulignent que la stabilisation de la température souhaitée (à moins de 0,1C) est assez irréaliste, surtout pour les couts affichés.

Quatre demandes de ticket LSST ont été soumises en planétologie. Deux tickets sont demandés par J.M. Petit et Ph. Rousselot pour l’étude des objets trans-Neptuniens, tant du point astrométrique que spectrophotométrique. L’équipe de Besançon possède une très grande expérience de ce type d’études, avec ses relevés OSSOS et col-OSSOS, et elle a de très bonnes relations avec les membres du groupe de travail Système Solaire du LLST déjà en place. Cette demande de tickets est donc fortement soutenue. La demande de B. Carry concerne les données spectrophotométriques des astéroïdes. Dans ce cas aussi, le proposant a une expérience avérée et reconnue sur le sujet. En plus il est engagé dans un groupe de travail pour l’utilisation des données Euclid pour les astéroïdes,  qui complémenteront celles du LSST dans l’IR. Cette demande de ticket est donc aussi fortement soutenue. En revanche, la demande de J. Vaubaillon, qui vise à être alerté des impacts de petits corps  dans la haute atmosphère pour pouvoir prédire la dispersion des météorites au sol,  n’est pas jugé pertinente car le ticket LSST ne donne pas accès à ce type d’information.

Trois lettres d’intention de soumission de dossiers de labélisation de sérvices ou pôles thématiques en SO5 ont été envoyées au PNP par  S. Erard (Vespa), B. Schmitt (Shade) et P. Prugniel (PTN spectroscopie stellaire). Ici le but n’est pas de juger, mais d’envoyer des suggestions aux proposants pour le renforcement de leurs dossiers et entamer, le cas échant, une discussion entre proposants et PNP en vue de la soumission des demandes de labellisation solides au prochain appel d’offre. Des messages vont donc être envoyés très prochainement aux proposants.

La séance est levée à 15h30.

Pour le CS du PNP

Alessandro Morbidelli (directeur).