Présents : J.C. Augereau, J. Badro, J.A. Barrat, G. Berger, N. Biver, J. Blichert-Toft, M. Boyet, N. Carrasco, A. Cassan, S. Chevrot, G. Choblet, N. Coltice, S. Derenne, M. Dobrijevic, T. Fouchet, J. Gattacceca, D. Ionov, L. Lamy, M. LeBars, , Y. Marrocchi, A. Morbidelli, J.M. Petit, S. Raymond, F. Schmidt,


Absents: I. Boisse, C. Cordier, S. Lalonde, M. Roskosz, G. Tobie


Lundi 2/12 10h00-12h30

Apres le tour de table pour vérifier les présences, A. Morbidelli introduit les nouveaux membres du CS : L. Lamy, en substitution de F. Leblanc, et G. Choblet, nommé par l’INSU-TS. Il souhaite aussi la bienvenue à K. Stoitseva, administratrice, qui remplace L. Guillerot, partie à l’IPGP.

F. Rocard et O. Lamarle, responsables des programmes Système Solaire et Astronomie du CNES, font le point sur la situation du spatial national. La mission Curiosity procède avec succès et s’approche au premier champ d’argiles. L’instrument ChemCam a effectué son 300,000eme tir de laser. Supercam, héritage de ChemCam pour Mars2020, entre en phases B-C-D. Pour Insight, ils subsistent encore beaucoup de problèmes concernant l’étanchéité de la sphère qui contient le sismomètre; si ces problèmes ne sont pas résolus avant Noel, la mission devra être retardée de 2ans. Les ingénieurs et les techniciens (français et américains) sont au travail 24h/24 et 7j/7 pour trouver les solutions. Exomars est prêt pour
le lancement en mars prochain. Le rover Pasteur, prévu pour 2018, entre dans la phase C-D, mais probablement il sera retardé à 2020. BepiColombo souffre encore de problèmes thermiques et sa date de lancement a été repoussée à Avril 2018. Les dépassements budgétaires d’Insight et BepiColombo causent des problèmes au CNES. Par conséquent, aucune mission d’opportunité ne sera engagée avant 2019. De plus, la contribution au PNP de la part du programme Système Solaire est réduite de 170Keuros à 150Keuros. Du côté du programme Astronomie, on se réjouit du bon fonctionnement de GAIA. JWST sera lancé en 2018. Les observations en temps ouvert commenceront très vite après la phase de tests et
donc la communauté doit se préparer pour en tirer profit. Cheops sera lancée en 2018, avec une faible contribution CNES via le LAM ; Plato entre en phase B. La Phase A de Ariel commence, avec une grosse contribution française; il est en compétition avec deux autres propositions qui ne concernent pas la planétologie pour la mission M4 de l’ESA. L’appel à proposition pour les missions M5 a été décalé à mars 2016. Suite au séminaire de prospective de la Rochelle un groupe de travail sur les exoplanètes a été mis en place pour effectuer des recommandations au CNES. Le financement du PNP de la part du programme Astronomie reste stable à 22,5Keuors, mais le soutien spécial supplémentaire pour
l’exploitation des observations Herschel est supprimé.

Ph. Louarn intervient comme représentant de D. Mourard, DSA de l’INSU pour l’astronomie et l’astrophysique. Il annonce que le financement du PNP augmente cette année à 100Keuros, sans priorités thématiques, mais avec un encouragement à financer les plus jeunes chercheurs. Il annonce que l’ISSI (International Space Science Institute à Berne) va lancer un appel à proposition pour trois workshops sur les prochains 4 ans, et il invite le PNP à réfléchir à des sujets fédérateurs. A ce propos A. Morbidelli rappelle le workshop ISSI sur l’eau dans le Système Solaire, organisé par M. Blanc du 11 au 15 janvier 2016.

A. Morbidelli annonce avoir eu assurance de la part d’E. Humler, nouveau DSA de l’INSU-TS, pour un financement de 165Keuros. Le budget global du programme est donc de 437,5  Keuros, à la hausse de 10Keuros par rapport à 2015, et le volume total de demandes a diminué cette année d’environ 10%. Le facteur moyen de pression est donc 2,4, mais il reste différent entre les parties AA et TS du programme (2,13 et 2,83 respectivement). Le CS décide de réduire cet écart à 0,5 (en portant les facteurs de pression à 2,2 et 2,7 respectivement) en finançant quelques projets supplémentaires du thème 2a avec des fonds provenant de l’INSU-AA. Cette décision prise, le budget disponible est réparti entre les thèmes, selon les montants demandés et la nature TS/AA de ces demandes respectives.

A.Cassan et J.M. Petit font un rapport très positif sur le fonctionnement du nouveau TAC pour les télescopes nationaux de 2m (TBL et 193 de l’OHP) dont ils sont membres.


A. Morbidelli annonce que la CSAA a labellisé les services SO5 MP3C (Tanga, Lab. Lagrange), APIS (Lamy, LESIA) et Psup (Poulet et Quantin-Nataf, IAS et LGL), ainsi que les services SO2 liés aux missions BepiColombo et Insight (et Ariel, si l’INSU acceptera de labelliser les missions en phase-A). La campagne de labellisation a donc été un succès pour la Planétologie. En revanche, aucune demande de planétologie n’a reçu un financement par la CSAA pour 2016 ; cependant le projet MICADO, un des instruments de première lumière de l’ELT, avec des applications possibles aux exoplanètes, a reçu un financement important. L. Lamy souligne qu’il serait important que la prochaine campagne de labellisation permettre un échange direct avec les proposants pendant la phase d’évaluation (à un niveau à définir : PNP, commission spécialisée ou groupe ad hoc), afin que les proposants puissent apporter les clarifications nécessaires aux rapporteurs de leur dossier.

Concernant l’organisation du meeting annuel de la SF2A (en 2016 à Lyon du 14 au 17 juin), A. Morbidelli rappelle qu’il y a des nouvelles règles. Les Programmes Nationaux et les Actions Spécifiques ne sont plus tenus à organiser un atelier, mais ils peuvent en proposer un, au même titre que tout chercheur de la communauté nationale, avant la date limite du 17 Janvier. Il est décidé de proposer un atelier sur l’observation des disques (d’accrétion et de débris) par les instruments de nouvelle génération (ALMA, SPHERE, Matisse…). J.C. Augereau et A. Morbidelli se chargeront de la proposition, en demandant de l’aide à A. Dutrey ou, à défaut de sa disponibilité, à un autre expert d’observations radios. Un atelier sera aussi proposé par le groupe de réflexion sur le calcul intensif de l’INSU (responsable J. Blaizot) ; un expert par programme sera demandé. Le CS propose le nom d’A. Spiga, expert de modèles atmosphériques (GCM) pour Saturne. Quant à la conférence plénière, le CS du PNP suggère S. Raymond, pour parler de la formation planétaire.

Mercredi 2/12 : 14h00-19h00

Réunions des comités de thème pour l’évaluation des demandes de financements.

Jeudi 3/12 : 9h00-13h00

Réunions des comités de thème pour l’évaluation des demandes de financements.

Jeudi 3/12 : 14h00-15h30

Les responsables des thèmes font un bref rapport sur les décisions prises lors de l’évaluation des demandes scientifiques. Une constatation commune est que, si le facteur de pression est descendu, la qualité des demandes augmente et rares sont celles qui ne méritent pas de financement. Chaque thème a donc fait un travail en profondeur, pour identifier la somme strictement nécessaire à chaque demande et pouvoir ainsi satisfaire (au moins partiellement) la plus large communauté possible.
Une discussion commence sur les qualités et les défauts du nouveau formulaire simplifié adopté par l’INSU-AA pour les programmes. Le bilan est assez positif. Cependant, le CS trouve dommage que le tableau des participants aux propositions avec les FTEs respectifs ait disparu. Il faudrait aussi demander d’inclure un devis pour les équipements inferieur à 10Keuros, car souvent le coût du petit matériel est mal estimé, ce qui met en difficulté le CS. De plus, pour les projets déjà financés auparavant, il faudrait demander un bilan financier en plus du bilan scientifique. En effet, parfois on trouve des demandes d’achat d’équipement qu’on pensait avoir déjà financé l’année précédente. Il est important de rappeler qu’un remerciement au PNP est nécessaire dans les articles issus des propositions financées.

La séance est levée à 15h30.



Pour le CS du PNP
Alessandro Morbidelli (directeur).